Volume 31, numéro 1, février 2017

Génératrices de secours au gaz naturel : désormais autorisées!

Après une certaine période de discussions, de questionnements et de réflexions, la Régie du bâtiment du Québec (RBQ), l’autorité compétente en la matière, a émis son avis concernant les génératrices de secours au gaz naturel au cours de l’été 2016 : « La décision de ne pas prévoir de réserve de carburant sur le site et d’alimenter une génératrice de secours par un réseau de gaz naturel incombe à l’ingénieur-concepteur du projet et aux entrepreneurs spécialisés. Ceux-ci doivent tenir compte des avantages et des risques de chacune des options selon le contexte du projet et les solutions disponibles1. »

En d’autres termes, il est maintenant possible d’opter pour le gaz naturel comme source d’énergie démontrant un haut indice de fiabilité pour alimenter les génératrices de secours. Il est à noter qu’il n’existe cependant pas de norme permettant de comparer la fiabilité des différentes sources d’alimentation en combustible d’un moteur d’une génératrice. 

31_1_2_figure1

Encadrement réglementaire

L’alimentation électrique de secours des bâtiments est régie généralement par la norme CSA-C282-09. Cet avis de la RBQ vise à démystifier principalement deux articles et une note explicative qui se résument ainsi :

  • 7.3.1.1, qui exige qu’une réserve de carburant soit aménagée à proximité de la génératrice afin de pourvoir à deux heures d’utilisation à pleine charge.   
  • 7.3.2, qui permet que les génératrices de secours soient alimentées, à partir du réseau d’un service d’utilité publique, sans prévoir de réserve de deux heures de carburant sur site, à condition que la fiabilité de cet approvisionnement puisse être démontrée à la RBQ. 
  • Annexe B.9 : il appartient à l’ingénieur-concepteur du projet et au service d’utilité publique d’établir cette démonstration, en tenant compte de la fiabilité de ce service d’utilité publique, de tous les aspects liés à l’emplacement géographique du bâtiment et de la nature du projet.

Il importe de noter que le présent avis de la RBQ ne s’applique pas aux établissements de traitement -B2, tels que définis au Code de construction du Québec. Ces bâtiments sont aussi définis comme établissements de santé de classes A, B ou C dans la norme CSA -C282 et sont assujettis à la norme CSA -Z32-09 « Sécurité en matière d’électricité et réseaux électriques essentiels des établissements de santé ».

Dans cet avis, la RBQ stipule que, peu importe la source de combustible, le risque zéro n’existe pas et que la fiabilité n’est pas seulement une histoire de chiffres, mais de plusieurs petites actions concertées qui permettront d’optimiser la disponibilité du gaz et la sécurité des bénéficiaires, dans une situation d’urgence. En outre, la RBQ ne désire pas recevoir une demande pour chacune des génératrices de secours au gaz naturel qui seront installées. Dans son avis de juillet 2016, elle a donc indiqué des balises qui assureront une meilleure sécurité d’une telle approche et a imposé certaines exigences et certains processus à Gaz Métro, aux clients intéressés ainsi qu’à leurs ingénieurs-concepteurs et entrepreneurs pour installer des génératrices de secours à gaz naturel. 

Exigences de la RBQ

Cette démarche est basée sur le fait que les compagnies de distribution de gaz naturel du Québec appliquent avec rigueur de bonnes pratiques reconnues quant à la gestion, l’entretien et la mise en œuvre d’un réseau gazier. Cependant, pour installer une génératrice de secours au gaz naturel, la RBQ tenait à spécifier quelques obligations complémentaires aux distributeurs de gaz naturel.

Obligations pour les distributeurs de gaz naturel

Dans le but d’assurer une certaine fiabilité, Gaz Métro devra, outre le respect des normes « réseau » :

  • Assurer l’autonomie de sa distribution quant aux aléas de la distribution électrique.
  • S’assurer que le gaz naturel qui alimente une génératrice de secours respecte les critères de qualité pour la distribution.
  • Entretenir un inventaire des génératrices de secours qui sont tributaires de son réseau. Cet inventaire pourrait être utilisé au besoin comme outil d’aide à la décision en cas d’urgence. 
  • Maintenir les statistiques quant à un indice de fiabilité de son réseau global et par principale région. À titre d’information, depuis les cinq dernières années, l’indice moyen de fiabilité du réseau de Gaz Métro est de 99,99988 %.
  • Effectuer une vérification de compatibilité du segment de réseau et des montages compteur/régulateur avec l’ajout de la génératrice de secours.
  • Émettre, pour chaque demande acceptée, une lettre spécifique qui informera le demandeur de la fiabilité de son réseau pour la région visée.

Obligations pour le client, son ingénieur-concepteur et ses entrepreneurs 

Un client peut demander à son ingénieur-concepteur de vérifier la possibilité d’installer une génératrice de secours au gaz naturel. Voici les quelques étapes à  suivre : 

  1. Présenter une demande auprès de Gaz Métro, en remplissant un formulaire spécialement conçu à cet effet. Nous vous suggérons d’en faire la demande auprès d’un représentant de Gaz Métro.
  2. S’assurer que Gaz Métro vous a retourné la lettre de fiabilité, signée par un ingénieur.
  3. Vérifier auprès du service d’incendie de la municipalité l’existence d’exigences supplémentaires à satisfaire.
  4. Prendre les mesures nécessaires pour que la mise en œuvre de la génératrice de secours respecte les exigences des codes :
    1. conduite d’alimentation indépendante à partir de l’extérieur adéquatement identifiée;

      Signalisation à apposer sur la génératrice de secours à gaz naturel  et son robinet de secours.

      Signalisation à apposer sur la génératrice de secours à gaz naturel et son robinet de secours.

    2. disposition près du branchement d’immeuble conçue de façon à identifier facilement les robinets à actionner permettant d’arrêter les autres équipements;
    3. protection de la conduite de gaz alimentant la génératrice d’une résistance au feu de deux heures;
    4. commutateurs de détections d’ouverture des robinets pouvant interrompre l’alimentation en gaz de la génératrice fournis et raccordés de façon à émettre une alarme.
  5. Indiquer, dans le plan de mesure d’urgence (PMU), le tracé de la tuyauterie desservant en gaz naturel une génératrice de secours, ainsi que l’emplacement du robinet installé sur celle-ci. 
  6. Le client ou le gestionnaire d’un bâtiment devra conserver une copie des lettres et correspondances sur ce sujet en vue d’une éventuelle consultation.
Figure 1: Tuyauterie de gaz dédiée à l'alimentation d'une génératrice au gaz naturel requise

Figure 1: Tuyauterie de gaz dédiée à l’alimentation d’une génératrice au gaz naturel requise

La génératrice de secours à gaz naturel : une alternative intéressante

Pour conclure, un client qui ne voudrait pas gérer un réservoir de diésel et qui désirerait une seule génératrice de secours pour maintenir ses activités lors d’une panne de courant, tout en répondant aux besoins de secours, aura tout intérêt à faire l’acquisition d’un groupe électrogène au gaz naturel.

Par ailleurs, du point de vue de Gaz Métro, les obligations imposées par la RBQ sont tout à fait appropriées, car en cas d’urgence, non seulement les gens seront pourvus d’équipements fiables, mais leur sécurité sera aussi tributaire de l’information que les intervenants détiennent.

Pour toute question, n’hésitez pas à communiquer avec le représentant Gaz Métro de votre client.

Charles Côté Ing.
Conseiller DATECH  – Technologies, Codes et Normes

Réf. : https://www.rbq.gouv.qc.ca/batiment/les-renseignements-techniques/alimentation-des-generatrices-de-secours-de-batiments-au-gaz-naturel.html