Volume 27, number 3, décembre 2013

« Recommissioning » : des exemples concrets et des résultats plus que satisfaisants

Mise en contexte

La remise au point des bâtiments, communément nommée « recommissioning » ou « RCx », est une stratégie d’économies d’énergie maintenant connue dans le marché de l’énergie. Déjà en 2010, l’article d’Informa-TECH Le « recommissioning »?… le quoi? 1 en résumait les concepts et les principales étapes.

Les bénéfices du RCx sont nombreux, autant sur le plan énergétique et opérationnel que sur le plan du confort. S’il est reconnu que le potentiel d’économies d’énergie qui en résulte se situe entre 5 et 15 % de la consommation initiale, il est également vrai que la majorité des projets permettent souvent de surpasser ces pourcentages en ce qui concerne les économies de gaz naturel. Avec des retours sur investissement très courts, ce processus devient pratiquement un incontournable. Or, de nombreux clients en ignorent toujours les bienfaits ou ne savent pas comment aborder ces projets.

Une démarche axée sur la planification et l’investigation

Il faut clarifier que le RCx met l’emphase sur le processus et la démarche. La qualité du travail du professionnel mandaté pour effectuer la planification de l’étude et l’investigation des systèmes revêt une très grande importance la réussite du projet. On note que « […] les honoraires du consultant en RCx représentaient de 35 % à 75 % des coûts totaux du projet [...] 2 ». Lors d’un exercice minutieux, les ingénieurs et les techniciens effectuent des tests fonctionnels et des révisions approfondies des besoins du bâtiment, qui vont au-delà des simples révisions d’horaires ou d’un bilan énergétique. L’entente avec le client doit alors expliciter cette réalité et le détail des tâches et des systèmes visés par le projet. Pour le client, il en résultera un rapport complet, énumérant les améliorations simples et les plus complexes et la meilleure pratique associée à son bâtiment. Comme on ne met pas nécessairement en place de nouveaux équipements, la phase de transfert et la stratégie de suivi doivent aussi être planifiées avec soin afin d’assurer la persistance des économies.

Quelques statistiques à considérer ³

Économies
  • Énergétiques
1,00 à 8,00 $/m²

5 à 15 %

  • Non énergétiques
1,00 – 4,75 $/m²
Coûts du RCx 2,90 $/m² (moyens, totaux)

35 % à 75 % des coûts représentent des travaux d’investigations et des honoraires professionnels

La planification : bien cibler les projets et les potentiels

Bien que le RCx ait été conçu pour pallier les problèmes de consommation d’énergie, on retrouve aussi de grands potentiels d’économies dans certains bâtiments relativement récents, déjà efficaces et bien entretenus. L’optimisation des systèmes en place maximise ainsi l’utilisation des systèmes existants, comme le démontrent les exemples suivants.

Université McGill, Institution royale pour l’avancement des sciences
(Complexe des sciences de la vie)

Depuis 2012, l’Université McGill a entrepris un ambitieux programme de recommissioning pour plusieurs de ses bâtiments. Cette nouvelle initiative s’ajoute aux nombreux projets mis en œuvre par l’université pour réduire son empreinte environnementale et ses coûts énergétiques, tout en améliorant la qualité de l’environnement intérieur.

Parmi les projets en cours de réalisation, celui du Complexe des sciences de la vie présente déjà des résultats des plus prometteurs. Bien que construits en 2007 dans une optique de haute performance, les pavillons de ce complexe démontraient une consommation d’énergie grandissante. Ceci donna l’idée à l’équipe interne d’optimiser le tout, voire même de faire performer les systèmes encore mieux qu’au moment de la construction.

Une équipe de recommissioning multidisciplinaire, s’appuyant d’abord sur l’équipe de McGill, alliée à des spécialistes de Bouthillette Parizeau, a donc été mise sur pied pour chercher des moyens de rendre l’installation performante. Les résultats de cet exercice sont impressionnants : une réduction de la consommation énergétique ciblée excédant 20 % avec un retour sur investissement inférieur à un an.

Une méthodologie rigoureuse a donc été suivie afin d’effectuer des tests fonctionnels complets sur l’ensemble des systèmes. Une des mesures découvertes était si majeure qu’elle fut implantée sans délai. L’investigation exhaustive a permis de comprendre qu’une série d’optimisations pouvait permettre de mieux exploiter la récupération de chaleur des refroidisseurs, qui n’avait jamais pu donner leur plein potentiel : ajustement optimal des points de consigne de pression et de température des réseaux, reparamétrisation des températures de sortie aux condenseurs et reprogrammation de la séquence de transfert entre les différents refroidisseurs. Dès l’implantation des modifications, une amélioration majeure a été constatée : arrêt complet du rejet de chaleur à l’extérieur, réduction drastique du nombre de chaudières de chauffage en fonction et réduction importante de la consommation de gaz naturel. À elle seule, cette mesure entraîne dorénavant des économies de l’ordre de 100 000 $ par année.

Au total, une douzaine de mesures sont en cours d’implantation et généreront des économies totales de plus de 170 000 $ par année! Fière de cette réussite, l’Université McGill s’est montrée très enthousiaste à entreprendre cette même démarche pour ses autres bâtiments.

Sommaire des performances

Consommation (superficie de 16 706 m²)
Totale Électricité Gaz
Existant 71 515 GJ
4,28 GJ/m²
13 223 584 kWh 630 690 m³
Amélioré 52 386 GJ
3,14 GJ/m²
11 858 562 kWh 255 880 m³
Économies 19 116 GJ
27 %
1 365 022 kWh
10 %
374 810 m³
>50 %
PRI simple, avant subventions4 0,45*

Université Concordia (en cours d’implantation)

Pageau Morel et Associés a réalisé le projet de remise au point des systèmes mécaniques au pavillon Engineering and Visual Arts Complex de l’Université Concordia. Ce complexe, composé de deux tours de 12 et 17 étages, regroupe des salles de classe, des bureaux, des laboratoires de recherche et des ateliers et est accessible 24 heures sur 24, sept jours sur sept.

Depuis la construction en 2005, les systèmes mécaniques ont fait l’objet d’un entretien rigoureux et d’une optimisation continue par les employés de l’université. Les attentes et les objectifs de l’Université Concordia face à un nouveau projet de remise au point étaient bien identifiés, tout comme les principales problématiques liées à l’opération des systèmes et au confort des occupants.

Le plan de recommissioning a donc été élaboré avec une attention particulière portée à la mise sous pression du rez-de-chaussée et à l’optimisation de la récupération d’énergie par les refroidisseurs qui sont la source primaire du réseau de chauffage basse température (CBT). Le CBT est un enjeu d’importance pour l’université. L’étude des systèmes sur une année a révélé que la grande majorité des équipements opéraient de manière optimale en fonction des installations en place.

Pour ce qui est de la mise sous pression du rez-de-chaussée, le contrôle existant augmentait de façon systématique l’alimentation d’air neuf en période froide. Une vision globale de l’opération des systèmes de ventilation a permis de réduire les infiltrations d’air en combinant des contrôles de pression au rez-de-chaussée avec des modifications dynamiques de l’apport d’air neuf de l’ensemble des systèmes du pavillon.

La seconde mesure vise l’augmentation de la récupération d’énergie. L’optimisation du réseau CBT par des modifications de tuyauterie permet d’accroître le débit d’eau pouvant être chauffé. L’analyse spécifique du système a démontré que des reconfigurations simples permettront d’augmenter l’échange de chaleur de plus de 50 % en modifiant le débit et l’approche (∆T) à l’échangeur existant!

Sommaire des performances

Consommation (superficie de 69 300 m²)
Totale Électricité Gaz
Existant 79 550 GJ
1,15 GJ/m²
19 870 000 kWh 216 500 m³
Amélioré 74 900 GJ
1,08 GJ/m²
19 790 000 kWh 99 400 m³
Économies 4 700 GJ
>5%
81 600 kWh 117 000 m³
>50%
PRI simple, avant aides financières 5 3,5*

* En plus de faire ressortir quelques mesures de moins de 3 ans de PRI, le projet a permis de faire le point sur des mesures plus importantes qui ont pu être intégrées au plan d’implantation.

Conclusion

Le programme Remise au point des systèmes mécaniques des bâtiments fait partie des aides financières de Gaz Métro, visant à soutenir la démarche et le financement de ces projets.

Pour plus d’information, visitez le gazmetro.com/remiseaupoint.

Mathieu Rondeau, ing., CEM, LEED GA®
Conseiller relationnel et Efficacité énergétique
Groupe DATECH

Article écrit en collaboration avec

Yan Ferron, ing., M.Env.
Pageau Morel et Associés

Eddy Cloutier, ing. PA LEED®
Bouthillette Parizeau

  1. BEAUCHEMIN, Marc. « Le “recommissioning”?… le quoi? », Informa-TECH, vol. 24, no 3, décembre 2010. En ligne : www.gazmetro.com/informa-tech
  2. CANMETÉNERGIE, RESSOURCES NATURELLES CANADA. Guide de recommissioning (RCx) pour les propriétaires et les gestionnaires de bâtiments, 2008, p. 17. Statistiques du Lawrence Berkeley National Laboratory.
  3. CANMETÉNERGIE, RESSOURCES NATURELLES CANADA. Guide de recommissioning (RCx) pour les propriétaires et les gestionnaires de bâtiments, 2008.
  4. Incluant les coûts d’implantation estimés et d’ingénierie divisés par les économies d’énergies.
  5. Incluant les coûts d’implantation estimés et d’ingénierie divisés par les économies d’énergies.