Volume 24, numéro 3, Décembre 2010

Le « recommissioning »?… le quoi?

Nous entendons de plus en plus parler de recommissioning ou remise au point des systèmes mécaniques des bâtiments. En quoi consiste cette remise au point? Quels sont les bâtiments visés et quels en sont les bénéfices? C’est ce que nous tenterons de clarifier ici pour vous.

C’est depuis environ une quinzaine d’années que le concept de remise au point fait son chemin ; cette approche est en émergence, surtout aux États-Unis, et prend de plus en plus de place sur nos marchés. Ce sont principalement les systèmes de chauffage, de climatisation et de ventilation qui sont touchés par ces mesures.

Afin de clarifier ce qu’est le recommissioning, faisons la distinction entre différentes définitions de cette approche :

  • Mise au point initiale, ou commissioning : la mise en service initiale touche toutes les actions amenant à la conformité du bâtiment avec les plans et devis et les règles de l’art dans chacune des disciplines touchées. Un rapport final est produit et celui-ci donne les détails techniques qui serviront de base pour les années à venir pour l’en­tretien courant des systèmes et pour toutes les modifications ultérieures.
  • Mise au point rétroactive, ou rétro­commissioning : c’est une mise au point des bâtiments qui n’ont pas fait l’objet d’une mise en service initiale. Elle ne se produit qu’une fois dans la vie de la bâtisse et voit à en optimiser la performance du point de vue de son entretien et de son fonctionnement. On ne cherche pas ici à ramener la perfor­mance au niveau visé lors de la mise en marche initiale, car la vocation du bâti­ment a évolué depuis sa construction.
  • Remise au point, ou recommissioning : cette mise au point vise les bâtiments qui ont fait l’objet d’un commissioning ou d’un rétro-commissioning. Il s’agit d’une procédure systématique pour veiller à ce que la bâtisse fonctionne selon les critères initiaux de conception ou selon les besoins d’exploitation d’aujourd’hui.

Les principaux systèmes visés par la remise au point sont les suivants :

  • Le chauffage et le refroidissement
  • L’enveloppe du bâtiment
  • Les contrôles
  • L’éclairage et les systèmes auxiliaires
  • Les échangeurs de chaleur

Le document Practical Guide for Commissioning Existing Buildings1 privilégie la méthode de travail suivante pour l’élabo­ration d’un projet de recommissioning :

  • Étape de planification : il s’agit d’effectuer un examen exhaustif de la documentation du bâtiment et d’élaborer des objectifs pour le projet.
  • Étape de relevé : trouver les lacunes, évaluer le site et choisir les options d’amélioration qui sont les plus rentables.
  • Implantation : effectuer les travaux d’amélioration, faire la remise à l’essai et en effectuer la surveillance.
  • Étape finale : compléter le rapport final et suivre les performances.

Les bâtiments visés par un tel processus

Nous parlons, sans nous y restreindre, de bâtiments de plus de 100 000 pi2 ayant un système de contrôle relativement moderne, dont l’entretien des systèmes est à jour, pour lesquels aucun investissement impor­tant n’est prévu pour les systèmes HVAC et pour lesquels il existe un historique de plus de cinq ans. En outre, des ressources tech­niques internes ou externes doivent être disponibles pour assister aux activités de remise au point.

À titre indicatif, voici, sans s’y limiter, quelques mesures touchées par le recommissioning :

  • Réajustement des débits d’air neuf
  • Vérification des trappes à vapeur
  • Calibrage des sondes
  • Contrôle des séquences arrêts-départs des systèmes de ventilation
  • Nettoyage des échangeurs, évapora­teurs et chaudières, pour en maintenir le rendement
  • Vérification des températures des bou­cles d’eau chaude et d’eau refroidie

Quel est l’impact énergétique d’une intervention comme le recommissioning?

Des impacts de l’ordre de 5 % à 15 % ont été rapportés dans des bâtiments où cette procédure a été implantée. Une certaine prudence s’impose dans l’application directe de ces résultats. Une étude plus approfondie permettra de recenser les meilleurs moyens permettant l’optimisa­tion de l’exploitation du bâtiment visé.

En janvier prochain, un programme de
« remise au point des systèmes mécaniques des bâti­ments »
s’ajoutera aux programmes d’efficacité énergétique de Gaz Métro.

Marc Beauchemin, ing. CEM
Groupe DATECH

1. Haasl T. et T. Sharp, A Practical Guide for Commissioning Existing Buildings, Portland Energy Conversation Inc. PEIC, avril 1999.